599 Vus |  Aime

LE CENTRE DES MALADIES DIGESTIVES DE HIRSLANDEN CLINIQUE LA COLLINE ET LES GRANGETTES, L’UNION FAIT LA FORCE.

OUTRE SES FONCTIONS DE PROFESSEUR DE CHIRURGIE À L’HÔPITAL CANTONAL ET L’UNIVERSITÉ DE FRIBOURG, LE DOCTEUR LÉO BÜHLER EXERCE EN TANT QUE CHIRURGIEN AU SEIN DU CENTRE DES MALADIES DIGESTIVES DE HIRSLANDEN CLINIQUE LA COLLINE ET LES GRANGETTES. RENCONTRE.

Cote Magazine : Docteur Bühler, pourriez-vous nous présenter le Centre des maladies digestives en quelques mots ?

Dr Léo Bühler : Au fil des années, les techniques médicales se sont affinées et complexifiées. De la prise en charge initiale jusqu’au traitement, on fait de plus en plus appel à de nombreux spécialistes. Notre Centre permet une prise en charge multidisciplinaire, ceci pour les cas qui l’imposent. Par exemple, une appendicectomie ne nécessite pas une approche concertée.

En revanche, dans le cas de pathologies graves du type tumeur du foie ou du pancréas, pour poser le diagnostic exact et pouvoir décider de la stratégie de traitement la plus appropriée, un réseau de spécialistes est essentiel. En effet, la complémentarité de leurs angles de vue va permettre au patient de mettre toutes les chances de son côté. Je ferais l’analogie avec des ordinateurs en réseau : plus ils sont nombreux, plus la puissance de calcul est importante. On gagne également en précision et en efficacité.

CM : Une fois le diagnostic posé, il y a donc des méthodes de traitement très différentes ?
LB : 
Absolument. Pour certaines pathologies, on peut décider d’opter d’emblée pour la chirurgie, mais aussi s’orienter vers une approche radiologique (emboliser, brûler voire congeler la tumeur), ou encore la chimiothérapie, si on estime que la chirurgie n’est pas possible dans l’immédiat. Dans un tel cas, au moins sept corps de spécialistes seront appelés à donner leur opinion : des gastro-entérologues, des radiologues, des radiothérapeutes, des oncologues, des chirurgiens, des nucléaristes (spécialistes en médecine nucléaire) et des pathologues (spécialistes en pathologie diagnostique). Nous suivons le processus thérapeutique de très près et l’ajustons en permanence, sur la base de nos observations. Notre unité de soins intensifs permet de placer les patients sous surveillance post-opératoire constante, ce qui est un facteur de sécurité inestimable.

CM : Concrètement, comment s’organise la synergie entre les spécialistes, respectivement de la Clinique la Colline et de celle des Grangettes ?
LB : 
C’est la valeur ajoutée d’un groupe comme Hirslanden, d’avoir un pool de spécialistes qui peuvent unir leurs forces. Nous nous réunissons toutes les deux semaines, voire plus en cas de besoin, pour échanger sur nos spécialités. Une moyenne de quinze à vingt personnes assiste à ces séances, ce qui permet une large diffusion du savoir et des dernières avancées dans chaque domaine. Chacun apporte sa pierre à l’édifice, son approche, il en résulte d’énormes progrès en matière de connaissances et de traitement des pathologies. Finalement, une dernière qualité essentielle est la réactivité ; en effet notre but est de répondre à une demande de prise en charge dans les 24 à 48h afin de lancer le processus diagnostique et thérapeutique.

RETROUVEZ TOUS LES SPÉCIALISTES DU CENTRE. 
Chirurgiens, gastroentérologues, radiologues, radiologue interventionnelle, oncologues, radiothérapeutes, médecin nucléariste et pathologue sur le site : www.hirslanden.ch/maladies-digestives-geneve-equipe

Centre des maladies digestives
Clinique des Grangettes 
Chemin des Grangettes 7, 1224 Chênes-Bougeries

Clinique La Colline
Avenue de Beauséjour 6, 1206 Genève 
Tel : +41 22 545 28 44www.hirslanden.ch/maladies-digestives-geneve