893 Vus |  Aime

ENTRETIEN AVEC LE DR MALIKA FIVAZ-ARBANE

SPÉCIALISTE EN CARDIOLOGIE À LA CLINIQUE CECIL DE LAUSANNE, LE DR FIVAZ-ARBANE MET EN GARDE LES FEMMES SUR LES DANGERS DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES.

Nous ne parlons pas assez de la crise cardiaque chez les femmes. Est-elle occultée par des maux tristement célèbres et très féminins comme le cancer du sein ?
En effet, et c’est regrettable : la maladie cardiaque chez les femmes a été longtemps sous-estimée auprès du grand public mais également des médias et surtout… du corps médical. Si nous consultons les statistiques, la cause première de mortalité chez les femmes sont les maladies cardiovasculaires. On dit qu’une femme sur deux mourra d’une maladie cardiovasculaire alors qu’une femme sur 26 mourra d’un cancer du sein. Les femmes ne connaissent pas vraiment les symptômes d’un infarctus alors que nombre d’entre elles en souffrent, même jeunes. Si les décès par accidents cardiovasculaires ont tendance à diminuer chez les hommes, c’est l’inverse chez les femmes. Il y a de plus en plus d’hospitalisations féminines suite à un infarctus ces dernières années, notamment en France.

Quels sont les causes et les symptômes de la crise cardiaque ? Sont-ils
identiques chez l’homme et la femme ?
Ce sont les mêmes facteurs de risque, les femmes ayant aujourd’hui une hygiène de vie qui se dégrade et se rapproche de celle des hommes. Elles vivent de plus en plus comme ceux-ci. Travail et stress (double journée avec les tâches familiales), surpoids, sédentarité … font partie de leur quotidien. Sans oublier le tabac qui est un facteur de risque majeur. La cigarette est responsable d’une grande partie des infarctus avant 50 ans. Si les maladies coronariennes surviennent en règle générale chez la femme 10 ans plus tard que chez l’homme, grâce notamment à une protection hormonale, cela pourrait rapidement changer… Quant aux symptômes, au moins la moitié des femmes ont une présentation atypique lors d’un infarctus. Ils se manifestent par un essoufflement, une fatigue exagérée,

des douleurs dorsales, des problèmes digestifs avec nausées et vomissements, des douleurs à l’estomac , des palpitations ou par des sudations inhabituelles… Certaines femmes ont également parfois une présentation typique comme chez l’homme (serrement dans la poitrine ou douleur intense derrière le sternum pouvant irradier dans les mâchoires et le bras gauche).

On parle à juste titre du cœur comme d’un muscle. Comment l’entraîner et le renforcer afin qu’il soit l’allié idéal d’une bonne santé ?
Une fois de plus, il faut absolument privilégier son hygiène de vie, éviter les facteurs de risque. On recommande deux heures et demi d’activité physique modérée par semaine, ou 30 minutes par jour (voire plusieurs fois 10 minutes !). Cette recommandation peut-être remplacée par un sport ou une activité intense pendant une heure et quart par semaine ou une combinaison des deux. Une discipline réellement efficace.

Manger équilibré avec beaucoup de fruits et légumes, tout en diminuant les graisses animales et les pâtisseries, complètent les actions préventives. Il faut également maintenir un poids normal (BMI < 25kg/m2), faire un check-up dès 40 ans, en étant attentif au taux de cholestérol, à une éventuelle hypertension ou un diabète, puis tous les 5 ans et de manière plus rapprochée selon les résultats.

Quelle serait la meilleure prévention, en termes de mode de vie et de contrôles médicaux ?
Une excellente hygiène alimentaire combinée à du sport et surtout pas de tabac. Le tabac est plus dangereux au niveau cardiaque pour la femme que pour l’homme et de manière encore plus marquée si le tabac est associé à une contraception orale.

Clinique Cecil
Avenue Louis-Ruchonnet 53, 1003 Lausanne – Tel : + 41 21 310 50 00 www.hirslanden.ch